Alphabétisation des Sourds


Jamie C. MacDougall
Président de l’Institut canadien de recherche et de formation sur la surdité

La surdité et l’importance de l’alphabétisation

L'alphabétisation est un aspect important du fonctionnement normal de la vie moderne, et comme nous le savons, les personnes sourdes ont un grave problème avec l’alphabétisation. Il est bien connu que le niveau moyen de lecture d’un étudiant sourd au niveau du secondaire se situe entre la 4ième et la 5ième année primaire. Et, malheureusement, un grand nombre des personnes sourdes dans la province de Québec sont sans emploi et nous croyons que l’analphabétisme est l’un des principaux obstacles.

Lire l'article complet >>> Les personnes entendantes ont beaucoup d’idées, de matériel ou de choses dans leur monde. Pour les sourds, c’est différent. Dans le monde des sourds, tout ce passe de façon visuelle. Tout est adapté selon la culture. Les choses sont faites de la même façon qu’elles sont ressenties. Il est bine entendu que lorsque les sourds vont dans le monde des entendants, ils ne se sentent pas très à l’aise. Ils doivent s’adapter à une différente façon de fonctionner. Au centre Alpha-Sourd, les personnes travaillent à leur rythme, suivent leurs idées et font les choses comme ils les sentent, ils échangent entre eux, ils peuvent se dire ce qu’ils pensent. Ils forment des groupes homogènes, très proches les uns des autres. Les gens développent de grandes amitiés. Ils se sentent très confortables ensembles. Tous parlent la même langue et ne se sentent donc pas comme des personnes handicapés. Ils sont tous identiques, avec les mêmes idées qui se développent. Ils peuvent dire tout ce qui leur passe par la tête.

Evidement, les personnes entendantes ont beaucoup de choix, ils ont beaucoup de chose dans leur monde qui leur apporte de l’information. Au Centre Alpha-Sourd tout est différent, on ne reçoit pas de formation comme chez les entendants. Les personnes sourdes n’ont presque rien adapté visuellement. Il est bien certain que c’est difficile lorsqu’ils ne peuvent pas lire le journal. Ils ne peuvent pas recevoir les informations qui se promènent partout dans le monde. Au Centre nous avons des groupes qui leur transmettent de l’information lorsqu’ils ont la chance d’attraper les nouvelles mais en général ils manquent tellement d’information qu’ils se trouvent en arrière. Au Centre Alpha-Sourd, on priorise l’emploi des personnes sourdes et sourdes-aveugles. 15% de la population sont bien éduqués et sont donc de bons modèles pour encourager les autres à apprendre à lire et écrire. C’est un bon motivateur et, en même temps. Ca donne une chance à ces personnes de travailler. Même si ils ont une bonne éducation, l’employabilité des personnes sourdes et sourdes-aveugles est presque nulle. Nous voulons développer un programme pour personnes sourdes-aveugles, puisque ce sont elles qui sont les plus démunies vis-à-vis la lecture et écriture. Il y a un grand besoin à ce niveau. Evidement, cela demande un plus gros budget puisqu’il faut travailler. On ne peut former des groupes puisqu’on travaille avec la langue des signes québécoise tactile. Les personnes sourdes-aveugles veulent venir à notre centre. Ils sont plus à l’aise pour communiquer avec des personnes sourdes.

Le projet d’alphabétisation entrepris par la communauté sourde, le CDRTI et le Centre Alpha-Sourd fait partie d’un autre plus gros projet. Le CDRTI offre du soutien à un grand nombre de programmes d’alphabétisation à travers le Canada. En effet, nous avons débuté ici au Québec et c’est probablement le plus gros projet que nous avons. C’est un projet très important pour les personnes sourdes au Québec et il consiste en un partenariat entre le Centre Alpha-Sourd, le CDRTI et la communauté sourde.

Un autre rôle du CDRTI est l’évaluation du projet. Notre institut a accès à un grand nombre de matériels scientifique géré par un personnel qualifié et nous croyons qu’il est très important lorsque nous faisons un projet comme celui-ci de l’évaluer et de le rendre accessible à d’autres groupes au Québec et même dans tout le Canada.

Traduction française du texte de la vidéo cassette du Centre Alpha-Sourd par M. Serge Arsenault.

Cacher l'article <<<

La croyance populaire associe l'analphabétisme aux pays en voie de développement. Pourtant, les recherches effectuées dans le domaine révèlent que au Québec 16 % et au Canada 15 % de la population âgée de 16 à 65 ans a une capacité de lecture très limitée.

Selon l'Association des Sourds du Canada, le pourcentage augmente à 65 % au sein de la communauté sourde.

La communauté sourde tient à cœur l’alphabétisation et considère d’une importance fondamentale l’apprentissage de la lecture et de l’écriture chez les personnes sourdes.

L’alphabétisation et la surdité

L’enfant sourd n’a aucun accès, ou un accès très limité, à la parole des autres, ce qui affecte grandement la parole de celui-ci, puisqu’il ne peut entendre les sons. Les enfants sourds apprennent leur ABC dans un monde de silence. Ils voient et reconnaissent les mots mais ne les ont jamais entendus. Il y a aussi le fait important qu’ils n’ont jamais entendu un langage continu de sorte que la grammaire et la syntaxe sont difficiles pour eux. Ils ne savent pas à quoi ressemble une phrase bien structurée, et ils restent perplexes devant des choses comme la voix passive qui inverse l’ordre habituel des mots (sujet-verbe-complément).
par Jamie C. MacDougall

Lire l'article complet >>>